jeudi 27 décembre 2018

Voyage

Ce matin je prends le train pour la capitale.

J’arrive à la gare, pensant être juste à l’heure, j’apprends que le train a vingt minutes de retard. Sur cette ligne l’info, le scoop c’est quand le train arrive à l’heure. Il m’est déjà arrivé d’avoir une heure de retard, de finir le voyage en car et le nec plus ultra, c’est, lorsque vous arrivez à la gare, que le train est annulé. Il fût un temps ou la conscience du service public faisait en sorte que tout marchait bien, là on nous annonce que le train aura du retard et c’est plié « bon voyage !», si on veut se plaindre on peut toujours parler au haut-parleur faute d’avoir un interlocuteur.

Quoiqu’il en soit le train arrive et les usagers sont contents qu’il soit là.

Le voyage en train est une parenthèse, déjà parti et pas encore arrivé, nous sommes cloisonnés dans un wagon, comme dans une grande pièce et allons, sans nous connaître, passer un moment ensemble. Un peu de notre vie est dévoilée surtout si c’est une famille avec des enfants, ces derniers sans préjugé, vivent l’instant, ils s’adaptent au contexte. Il m’est arrivé, voyageant avec ma femme et mes deux fils, que l’ainé, âgé de cinq ans, raconte à la personne, devant, toute notre vie. Certains n’aiment pas les enfants, enfin surtout ceux des autres, ils les dérangent, ils sont regardés d’un œil mauvais et si l’enfant en question est attentif il n’ira pas se frotter à ses réfractaires.
Là je suis en première, début d’après-midi, peu de monde, l’endroit est calme. Chacun vaque à ses occupations, essayant de rendre le moment agréable, elle, faisant des mots croisés, lui, lisant un livre ou jouant sur une console. Le voyage s’écoule à la fréquence des poteaux qui défilent dehors, rythmé par le bruit des roues sur les rails.

Pas besoin de savoir que le voyage se termine, dix minutes avant, les gens commencent à s’agiter, descendent les valises, mettent leur manteau, certains même commencent à remonter le train ce sera ça de gagné à l’arrivée. Si vous restez assis, on vous regarde avec circonspection comme disant : «  il n’a pas compris qu’on arrive ou que c’est le terminus! ». Il faut être dans le mouvement sinon vous passez pour un original. J’attends, ne voulant pas suivre la foule, que le train s’arrête pour me préparer; mais déjà la frénésie de Paris se fait sentir, une équipe de nettoyeur arrive avec des seaux et des serpillières vous faisant comprendre que vous dérangez.

Ce n’est pourtant qu’en passant les portes des stations de métro qu’on se sent arrivé à Paris. C’est la publicité que je remarque en premier, en province nous ne sommes pas assailli par ces panneaux; là il y en a partout, nous ventant leurs marchandises.
Dans les couloirs il faut suivre le flux sinon vous vous faites harangué et bousculé par le monde pressé qui cherche désespérément à récupérer un temps perdu. En fait je comprends pourquoi les gens s’agitent à l’arrivée dans le train, c’est pour être dans le rythme plus tard. Pas question de s’arrêter pour chercher son chemin, la foule vous emmène.

Dans le métro, une autre vie commence. L’intimité n’est plus de mise, vous vous collez à des gens que vous ne connaissez pas. Le flux aux stations régénère la population mais quand vous sortirez vous aurez l’impression que tout le monde se ressemble. L’indifférence est de rigueur, la plus part ne se regarde pas ils sont dans leur bulle, bulle accentuée par ce petit écran lumineux qui captive la majorité. J’ai toujours passé mon temps à observer les gens à essayer de les deviner dans leur vie ; parfois je soutire un éclair, un sourire et c’est rassurant de savoir qu’il y a encore des gens ouverts aux autres.
Quand le wagon s’éclaircit, arrive le mendiant avec sa gamelle. Avant, ils racontaient tout une vie de misère, celui-là ne dit plus rien, il s’arrête devant vous, tend un verre en plastique et vous fixe de ses yeux vides. Il nous fait comprendre qu’on ne peut pas le laisser dans le besoin. Je le regarde ça fonctionne, il récolte quelques pièces , mais ce sont encore les écrans qui servent de rempart pour certains; ne levant pas la tête malgré l’insistance du demandeur.
Bientôt tout le monde aura sa carapace, son armure, ce sera la fin des sourires et de la manche dans le métro.

Je sors enfin à l’air libre après un long voyage. Je reprends facilement mes marques et tombe encore devant un mendiant, mon mendiant devant Monoprix, il me reconnait, me sourit, il vend des journaux locaux et j’ai l’habitude de lui donner la pièce et de lui parler. Je vois la marchande de quatre saisons qui me dit bonjour ; j’ai une vague impression que leur monde s’est arrêté pendant que j’étais parti.

Une impression qu’ils m’attendaient pour reprendre vie.

5 commentaires:

  1. En bonne provinciale, campagnarde, donc complexée à souhait,
    Paris me fascine.
    Qu’es tu revenu faire à Athis ??
    Je dis bien « faire »
    « Etre » est toujours possible quelque part !
    Mais : retraité, argenté, à Paris
    Le pied !
    Parcs, musées, spectacles, rues, quais, Seine , mouvement, tourbillon…
    Un pied(le bon)àParis
    L’autre : campagne !
    Et…bonne année bonne santé
    Profite encore de cette agitation
    Qui porte un semblant de « réveille toi et bouge »
    Avant que le désir ne s’en éloigne
    Et que le plaisir disparaisse !
    lilinev

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lilly pour ton commentaire.
      Comme toujours on pense que l'Eldorado est ailleurs.
      J'ai profité pendant plus de trente ans de Paris et de tout ce que tu décris.
      J'aime y retourner de temps en temps.
      Mais j'en avais marre de ce gris, cette pollution et cette foule où que tu soies.
      Besoin de faire le point, d'être tranquille, de respirer, de vivre un autre rythme.
      Il n'est pas facile de se faire un cercle d'amis, la plus part de mes relations à Paris sont parties et je me suis dit que c'était le moment de partir.
      Même si se faire une place dans un nouvel endroit n'est pas évident.

      Supprimer
  2. bien sûr que je sais que ce que je dis et écris n'est que rêve et utopie...
    çà m'amuse de te répondre,consciente que je ne suis pas à ta place, avec ton vécu,et que c'est presque une intrusion de ma part de me permettre de telles remarques!
    évidemment, que là où je suis, je suis parfaitement dans mon élément, donc chez moi,donc à ma place!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T’inquiète! je ne prend pas tes remarques comme une intrusion et je peux les comprendre.
      Quand j'étais à la ferme, je voyais des gens "monter à Paris" et je trouvais ça un rêve irréalisable pour moi et puis je me suis retrouvé là-bas.
      Entrainé par la vie je ne m'imaginais revenir ici.

      Supprimer
  3. Sans aucun rapport,
    Sinon la recherche d’un support,
    Ce samedi fut
    L’ultime voyage d’un centenaire
    Qui n’avait rien pour déplaire !
    LA MORT D UN ARBRE
    Crime de nature
    Euthanasie anticipée ;
    Reste un trou de blessure
    Et un corps écrasé
    Aux membres déchiquetés !
    Puissance et déchéance :
    Un tronc majestueux
    Séparé de sa cime,
    Coupé de ses racines,
    Au destin incertain :
    En planches débité ?
    (Bon rapport financier)
    Ou, avec les siens, incinéré ;
    Pour le confort d’une vieillesse
    Sans tendresse !
    lilinev

    RépondreSupprimer